skip to Main Content

Thérapies géniques et maladies de la rétine

Les maladies de rétines sont nombreuses, et pour certaines extrêmement handicapantes car elles peuvent aboutir à la perte complète de la vision.
Depuis de nombreuses années, la recherche se penche vers la thérapie génique et la mise en place de cellules souches pour lutter contre cette cause majeure de malvoyance.
La thérapie génique :
Portée par l’AFM-Téléthon, dont le grand rendez-vous était le week-end du 7 et  8 décembre, la recherche en thérapie génique fait des progrès considérables. Le principe est d’insérer, au sein même des cellules du patient malade, une version normale du gêne qui ne fonctionne mal ou plus du tout et qui est à l’origine de la maladie. Notamment pour traiter la DMLA, une piste est de favoriser la production d’un inhibiteur du VGEF qui est le facteur de croissance en cause dans la forme humide ou exsudative de la maladie.
Les cellules souches et le potentiel régénératif de la rétine :
Dans les cas de maladies de rétine neurodégénératives, comme la rétinite pigmentaire ou la DMLA, la transplantation de cellules souches fait entrevoir de grands espoirs aux patients atteints et à leurs ophtalmologistes.
Deux voies sont explorées ; la greffe de cellules souches générées in vitro et la régénération de cellules existantes qui permettraient de « réveiller » les cellules souches rétiniennes et réparer ainsi les rétines abîmées.
Pour la DMLA sèche, ou atrophique : une équipe de chercheurs californiens de Los Angeles a publié les résultats de l’implantation de cellules souches rétiniennes chez 4 patients âgés de 69 à 85 ans à un stade évolué de la maladie dans la revue scientifique « Science Translational Medicine ». Les patients ont bien toléré les implantations de cellules souches et les médecins ont mesuré une stabilisation de l’acuité visuelle (alors que cette forme de DMLA évolue lentement et inexorablement vers la perte totale de vision) pour 3 d’entre eux et même une légère récupération de l’acuité pour le dernier patient.
Pour la DMLA humide, ou exsudative : des chercheurs britanniques et américains ont publié les résultats de leur étude dans la revue « Nature Biothecnology » sur deux patients volontaires et suivis pendant 12 mois. Les patients ont reçus les cellules de l’épithélium pigmentaire rétinien obtenues par le développement de cellules souches embryonnaires.  Les résultats sont très encourageants ; alors qu’ils étaient incapables de lire avec des lunettes, ils ont pu lire à nouveau 60 à 80 mots par minutes, avec l’aide de lunettes classiques. Les chercheurs reconnaissent que l’étude ne porte que sur deux patients ne peut pas permettre de tirer de conclusions, mais cela incite à poursuivre les recherches.
Ces 50 dernières années, les progrès en ophtalmologie sont donc considérables et permettent donc d’espérer, à court ou moyen terme, des progrès très significatifs.
Dans tous les cas, si vous souffrez d’une DMLA, une consultation avec un ophtalmologiste est recommandée. Vous pouvez le faire chez Direct Ophtalmo Montparnasse au 01.42.02.42.00 ou via Doctolib.

risus. diam tristique leo felis felis sem, Back To Top